Quand l’argent des jeux ne fait pas systématiquement le bonheur

Joueurs comme opérateurs de jeux ne sont pas toujours irréprochables, lorsqu’il s’agit d’argent… certains étant même peu regardants pour en amasser.

Si l’argent acquis grâce aux jeux de hasard peut changer radicalement une vie pour le meilleur, il peut aussi la détruire. Car l’appât du gain révèle parfois ce qu’il y a de pire chez l’être humain. Les faits divers suivants en sont la (malheureuse) preuve… pas vraiment très reluisante.

Un expert-comptable détourne 30 millions pour jouer au casino

Pendant une dizaine d’années, un Malaisien liquidateur, expert-comptable et administrateur d’un cabinet fiscal à Singapour, s’est mis dans les poches l’argent d’une vingtaine d’entreprises clientes (dont 6 filiales de HP, qui a découvert le pot-aux-roses puis porté plainte) en magouillant. Les liquidités que cet indélicat détournait servaient ensuite à alimenter sa soif de jeu… En une décennie, il a ainsi réussi à subtiliser près d’une trentaine de millions. Dont une petite moitié a pu être récupérée. Jugé pour abus de confiance (le chef d’accusation le plus grave), il a écopé d’une peine de 25 ans et 10 mois de prison mi-juillet. Le coupable, âgé de 65 ans, risque donc de finir sa vie derrière les barreaux. 

Evolution Gaming néglige ses employés

L’éditeur Evolution Gaming, maître incontesté du Live Casino, bichonne ses titres en direct mais pas son personnel. Las d’être négligés, plusieurs centaines (sur le millier et demi) d’employés se sont syndicalisés. Avant de se rassembler fin juillet devant le siège géorgien du développeur. Sans respecter le préavis légal. L’objectif principal ? Obtenir une augmentation de salaire d’environ 50% (la moyenne étant une centaine d’euros mensuels). Les conditions de travail arrivent en seconde position. Des revendications qui n’ont pas eu l’effet escompté, puisqu’en guise de représailles, Evolution a procédé à une vague de licenciements. Loin de s’en laisser compter, les plaignants ont alors opté pour un message fort : la grève. En demandant la réintégration de leurs collègues déchus. Le bras de fer risque donc de perdurer.

Un croupier vole des jetons de casino pour assouvir ses goûts de luxe

Pendant plus d’un an, un croupier chinois d’une trentaine d’années, aidé par un ami, a dérobé régulièrement des jetons de casino. Comme l’employé ne pouvait pas encaisser directement son butin, son complice s’est fait passer pour un membre du personnel. Ce dernier pouvait alors écouler petit à petit les jetons contre de l’argent réel, sans éveiller les soupçons. Ce qui a perdu les deux indélicats ? Le croupier s’est fait pincer par un vigile, alors qu’il volait deux jetons de 1 000$ à une table de jeux sans joueur. Dans son appartement, une centaine de jetons de 1 000$ et 3 000$ ont été retrouvés. Ainsi que des objets de luxe, achetés grâce à l’argent de ses larcins. Pour cette raison, le tribunal n’a pas souhaité faire preuve de clémence. Il a donc condamné l’opportuniste à 10 mois de prison, assortis d’une amende de 12 000$ (permutable en 3 semaines supplémentaires derrière les barreaux).

Une fusillade entre opérateurs « illégaux » fait plusieurs morts au Chili

Presque une centaine de balles tirées et 5 morts au compteur. C’est le triste résultat d’une fusillade au Chili, qui a eu lieu dans une rue fréquentée pour ses établissements de jeu. La rixe aurait débuté par une altercation entre deux joueurs devant une salle de jeux. Lorsqu’un troisième individu est entré dans la danse, les tirs ont commencé à pleuvoir, sans distinction. Les joueurs présents à l’intérieur de l’établissement ont trouvé refuge derrière les machines à sous… mais 5 d’entre eux sont morts. Le sénateur Navarro n’a évidemment pas manqué de mettre en cause certains prestataires, qui n’opéreraient pas toujours de manière très légale. En effet, les petits commerces, autorisés récemment à proposer des jeux d’argent, mais uniquement de manière récréative, ne seraient pas tous très regardants quant aux mises. Une accusation réfutée par la Guild Association Operators

Un consultant arnaque amis et clients pour jouer au casino

C’est par le biais de son compte Facebook qu’un consultant en informatique a pu arnaquer ses proches ainsi que les connaissances de ceux-ci. Soit une soixantaine de personnes. Le subterfuge était bien rôdé : l’informaticien a fait jouer le bouche-à-oreille sur le réseau social, en demandant à ses amis de partager ses publications. Dans lesquelles il promettait des taux d’intérêt (trop) alléchants, via des projets d’investissements (fictifs, bien évidement). Il a ainsi pu subtiliser un demi-million de dollars singapouriens, qu’il a perdu dans deux casinos de Singapour. Mais aussi dans des établissements de jeux d’argent étrangers. La situation s’est ensuite corsée, lorsque certains « investisseurs », impatients, se sont lassés de ses excuses pour ne pas payer… Les autorités, prévenues, ont vite découvert le pot-aux-roses.

Un avis sur “Quand l’argent des jeux ne fait pas systématiquement le bonheur

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription