Les tentatives avortées des joueurs pour arnaquer les casinos

Lorsqu’il s’agit d’arnaquer les casinos terrestres ou les e-casinos, les joueurs ne sont pas en reste, en inventant de multiples combines.

Il n’est pas encore né, le joueur qui arrivera à arnaquer un casino sans se faire pincer… Et si certains ont pu savourer leur victoire pendant quelques semaines avant d’être démasqués, d’autres moins chanceux se sont tout de suite retrouvés coincés entre deux policiers. Bref, les petites ou grandes magouilles ne font jamais long feu dans le secteur (surtout avec les systèmes de vidéosurveillance). La preuve avec ces faits divers récents…

Un duo de choc en sursis

Quand un croupier endetté et une joueuse addict se rencontrent à une table de jeux, ça ne fait généralement pas bon ménage. Ce professionnel du blackjack et cette sexagénaire compulsive, qui se sont associés pour le pire dans le casino de Barbazan, en sont l’exemple parfait. Le croupier, criblé de dettes, s’était ainsi acoquiné avec une joueuse. À qui il signifiait discrètement (par un signe de la tête ou de la main) s’il fallait prendre une carte ou non. Le montant de l’arnaque n’est pas mirobolant (moins de 1 000€). Mais l’établissement a néanmoins porté plainte contre le duo pour escroquerie. Qui s’en est tiré avec 4 mois de prison avec sursis et une amende.

La machine à sous secouée

C’est un grand classique des appareils électroniques : la secousse. Qui peut occasionner de nombreux bugs, parfois en faveur du secoueur. Les joueurs ont rapidement mis à profit cette technique sur les machines à sous dernier cri, avec plus ou moins de succès. Récemment, c’est une petite équipe savoyarde qui a fait parler d’elle. Un groupe d’amis a ainsi réussi à se faire rembourser les mises perdantes. En secouant tout simplement violemment la machine sur laquelle ils avaient jeté leur dévolu. En tout, ils auraient ainsi pu récupérer 100 000€ en quelques mois, en écumant les établissements de la région. Avant de se faire coincer, après avoir remué un peu plus brutalement que d’habitude un appareil dans un casino d’Annecy.

Arnaqueur par amour

Souvent, les sentiments interfèrent avec la raison. Et lorsque, en prime, il est question d’argent, les choses peuvent rapidement tourner au fiasco. Un jeune croupier de blackjack, éperdu d’amour, en a récemment fait l’amère expérience. Débutant dans son métier au casino de Royat, l’amoureux transi aurait ainsi favorisé le joueur pour lequel son cœur battait follement. Montant du préjudice : quelques centaines d’euros en un trimestre. Une somme dérisoire (d’autant plus que le joueur, addict, pouvait miser plusieurs milliers d’euros par semaine). Mais qui lui a néanmoins valu une peine de 70h de travaux d’intérêt général. Sans compter l’interdiction d’exercer, son agrément ministériel lui ayant été retiré. 

Usage de faux chèques

Une joueuse grenobloise à peine majeure a tenté d’échanger un faux chèque de 2 500€ contre des jetons dans un établissement lyonnais appartenant à Partouche. Le personnel du casino, ayant tout de suite flairé l’entourloupe, a signalé presto rapido l’indélicate au service de sécurité. Qui s’est mise à table sans se faire prier, avouant qu’elle avait obtenu le fameux bout de papier sur le dark web. Elle a également remis aux policiers d’autres faux chèques (5 au total, tous acquis sur ce marché noir virtuel). 

Tricherie avec un téléphone

Un petit génie de l’informatique d’une vingtaine d’années s’est retrouvé dans le pétrin, dans un casino canadien. Tout a commencé par une partie de roulette électronique, sur laquelle le joueur a décidé de mettre à profit ses connaissances. Il a ainsi mis au point un dispositif, composé d’une application (la « roulette predictor & calculator »), d’une paire d’écouteurs bluetooth et de deux téléphones cellulaires. À chaque passage de la boule sur le zéro, il appuyait sur son téléphone. Ceci afin de calculer sa vitesse de ralentissement et déterminer les cases susceptibles de la réceptionner. Les informations, transmises au joueur par les écouteurs sans fil, lui permettaient ensuite de placer ses mises sur les bons numéros avant la fin de la partie. Il a ainsi encaissé plus de 40 000$ avant que son stratagème ne soit découvert.

Les bots, bête noire des opérateurs de poker en ligne

Fini le poker à la papa, fruit d’une longue réflexion. L’époque est aux bots, ces logiciels professionnels qui permettent aux joueurs d’optimiser leurs parties. Quand il ne s’agit pas carrément de contourner le système de sécurité, afin d’empocher un maximum de gains. Les opérateurs de salles virtuelles commencent donc à traquer leur utilisation. Il y a quelques mois, c’est ainsi deux joueurs de Winamax qui ont été évincés de la plateforme, après avoir fait un sans faute et ruiné la concurrence. Depuis, le phénomène s’est répandu, attisant la colère des joueurs lambda. Les sites commencent donc à sévir, en mettant en place des services de détection des fraudes. Récemment, PartyPoker a ainsi clôturé plusieurs centaines de compte-joueur. Avant de redistribuer une coquette somme aux victimes. 

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription