Les news des jeux d’argent made in France

Actualité chargée entre la privatisation de la FdJ, le casino de Boulogne-sur-Mer reprit par Golden Palace ou encore la Mission Patrimoine nouvelle version.

Il n’y a pas qu’à l’étranger où les jeux d’argent font couler beaucoup d’encre. Car dans l’Hexagone aussi, l’actualité va bon train ! Privatisation de la FdJ, nouveau gérant de casino, Mission Patrimoine, ouverture d’un club de jeux parisien… les joueurs français vont pouvoir s’en donner à coeur-joie.

Golden Palace débarque à Boulogne-sur-Mer

Il y a quelques mois, la bataille faisait rage entre Partouche et Golden Palace. Le premier, qui a exploité et géré ce casino pendant 33 ans, a été remercié par le conseil municipal pour ses bons et loyaux services. L’heureux élu : le belge Golden Palace, qui a remporté une nouvelle concession, d’une durée de 12 ans. Une première implantation en France pour le groupe belge… Réussie, puisque le complexe a ouvert ses portes au début de l’été, après quelques travaux de rénovation et quelques réaménagements. Une cinquantaine d’employés, une soixantaine de machines à sous flambant neuves, plusieurs tables de jeu ainsi que des roulettes électroniques, des touches de noir en déco et des spécialités gastronomiques belges : c’est ce qui attend les joueurs de Boulogne-sur-Mer. Mais c’est surtout du côté de la municipalité que c’est le jackpot, avec 15% des recettes dans l’escarcelle. 

Privatisation de la FdJ : les opérateurs ont des sueurs froides

Les casinotiers ne voient pas d’un très bon œil la privatisation de la FdJ. Partager le gâteau s’avère difficile à digérer pour ces opérateurs qui, jusqu’alors, détenaient le monopole en matière de machines électroniques. Car outre la cessation d’une partie de son capital, l’État prévoit aussi d’installer des bornes dans les points de vente FdJ. Il sera donc bientôt possible de miser dans son bar-tabac de quartier, entre un café et un petit blanc… Ce qui n’est pas au goût de la concurrence, consciente de la perte à gagner. Le groupe Barrière, inquiet, a donc interpellé les maires des communes où il officie, ainsi que les parlementaires. Car il craint que les bornes de loterie ne soient que l’avant-garde. Une crainte balayée par le gouvernement, qui estime le projet équilibré et respectueux (certaines doléances ayant été prises en compte dans la rédaction du texte de loi). 

Un buraliste ne veut pas lâcher un gros client, passé à la concurrence

L’histoire est plutôt cocasse. Un buraliste parisien, lâché par l’un de ses plus gros parieurs, a décidé de se battre contre… le PMU ! L’objet de toutes les convoitises ? Un joueur invétéré, avocat de métier et passionné de paris sportifs, qui peut miser à son apogée jusqu’à 100 000€ en 24h. Mais comme les bonnes choses durent rarement, le client a voulu vérifier, après des années de fidélité, si l’herbe était plus verte ailleurs. Il est donc passé à la concurrence, à savoir le Pari Mutuel Urbain.

Or, l’infortuné patron du bar-tabac ne compte pas tourner la page sans se battre. Car il en va de la rentabilité de son commerce (le parieur représentant, selon le buraliste, plus de 90% de son chiffre d’affaires « jeux d’argent »). Il attaque donc en justice son rival, qui aurait incité le joueur à miser sur son site Internet en lui offrant la possibilité de parier à crédit. Une stratégie qui a aussi permis au PMU d’économiser les commissions… Le tribunal correctionnel de Paris, sollicité par le plaignant, est donc entré en piste.

Pour le nouvel opus de la Mission Patrimoine, des tickets à 3 euros

La première mission, lancée en 2018, ne proposait que des tickets à 15€. Une somme rondelette qui n’était pas à la portée de toutes les bourses. Alors cette année, la FdJ a décidé de proposer également des tickets de jeu au montant plus raisonnable, à 3€. Disponibles depuis début septembre dans les points de vente de la Française des jeux, sur son site ainsi que via son application mobile, ces jeux à gratter sont toujours basés sur le même principe. Reverser une partie du prix (soit 0,50€ / jeu) à la Fondation du patrimoine, afin de financer une douzaine de monuments français dégradés par le temps. Avec, à la clé pour le joueur, jusqu’à 30 000€ à gagner instantanément. En ce qui concerne le ticket à 15€, plusieurs nouveautés par rapport à l’année précédente. Outre l’accès à une partie bonus ainsi qu’à 5 jeux, les éventuels gains sont passés à 1,5 millions max. 

En bref… et en vrac

  • Partouche a le plaisir de vous annoncer la naissance de son site de paris sportifs en ligne, prénommé Pasinobet
  • un tapis de roulette gigantesque a accueilli pendant plusieurs semaines les amateurs dans l’atrium du casino de Monte-Carlo (jetons en rapport, de la taille d’une roue)
  • une nouvelle table électronique de Texas Hold’em poker, tactile, est disponible depuis juillet au casino de Deauville
  • à Cannes, un club de bridge cachait un tripot clandestin de poker
  • Barrière a ouvert ce vendredi 13 son 1er club de jeux sur l’avenue des Champs-Élysées (sur le site de feu l’Aviation Club de France) : c’est le 5ème établissement de ce genre

Mot de passe oublié ?

/ Inscription