Jeu responsable : des hauts et des bas pour sa mise en pratique

Le jeu responsable est une pratique de chaque instant, impliquant la mise en place de solutions radicales pas toujours bien accueillies par les joueurs.

Les risques d’addiction aux jeux d’argent sont souvent au cœur des débats. La lutte contre cette compulsion est ainsi généralement la priorité des gouvernements… et parfois même (mais pas toujours) des opérateurs. Un combat de tous les instants pour les joueurs concernés et leur famille. Qui devrait aussi l’être pour les acteurs du secteur. C’est pourquoi des mesures sont régulièrement prises, afin de combattre efficacement ce fléau qu’est la dépendance au jeu. Mais malheureusement, les restrictions budgétaires peuvent aussi impacter les décisions gouvernementales, au détriment des joueurs addicts. Le point sur l’actualité des dernières semaines en matière d’addiction.

Le Royaume-Uni lance un plan de prévention triennal contre l’addiction aux jeux d’argent

Cette nouvelle stratégie de la Commission des jeux de hasard britannique va s’appliquer sur 3 années. Son objectif : lutter contre la dépendance sur plusieurs front en même temps, en impliquant tous les acteurs du secteur. Ce qui inclut non seulement les opérateurs de jeux d’argent mais aussi les associations, les organismes de régulation et le personnel soignant du pays. Prévenir et sensibiliser les plus fragiles, soigner plus efficacement en offrant des services de proximité, créer un centre de recherche et mettre en place une base de données nationale… tels sont les principaux axes envisagés. Un plan accueilli favorablement par diverses personnalités politiques et associatives.

La Belgique, toujours au premier plan pour lutter contre la dépendance

C’est probablement l’un des pionniers en Europe. Et pourtant, la Belgique ne semble jamais en faire assez en matière de prévention. Chaque année apporte ainsi son lot de surprises, avec de nouvelles restrictions à l’encontre des jeux d’argent. Dernière en date ? Depuis le 1er juin, la diffusion de publicités vantant ce genre d’activités est interdite dans les émissions télévisées. Une première étape, destinée à protéger de la tentation les joueurs à risque. Exit donc les spots où étaient dévoilés les gros gains, afin d’inciter au jeu. Ou encore les quotidiennes spécialisées de certains e-casinos (pourtant diffusées en fin de soirée). Bref, la Commission des jeux de hasard belge a encore frappé… et ça ne risque pas de s’arrêter. Car ce n’est que le début d’une longue liste de limitations. 

Une agence canadienne de recherche sur la dépendance priée de fermer boutique

Dans quelques semaines, la province d’Ontario devra se passer de la Gambling Research Exchange, une agence spécialisée dans la recherche sur l’addiction au jeu. En effet, cet organisme a été sommé de fermer ses portes mi-juillet. Cette décision radicale fait suite à la suppression des subventions. Soit près de deux millions et demi de dollars annuels. Une quinzaine d’employés vont ainsi devoir chercher un autre emploi. L’objectif de ces « économies » :  optimiser les casinos terrestres, afin de concurrencer l’offre en ligne. Mais les pistes envisagées (comme fournir gratuitement de l’alcool) font débat. Les associations de consommateurs s’inquiétant, à juste titre, que ce genre de prestations ne réduisent à néant tout le travail de prévention réalisé jusqu’alors. 

L’aide thérapeutique à distance

L’hôpital Paul Brousse de Villejuif a lancé un essai thérapeutique innovant, puisque celui-ci se pratique non pas dans un cabinet médical mais au domicile du joueur. Une aide à distance destinée aux joueurs ayant décidé d’affronter leur addiction aux jeux d’argent. Alors même que les organismes et associations d’aide foisonnent, le constat est alarmant : seulement 2% des addicts consultent pour se débarrasser de cette dépendance. Il était donc primordial de trouver des solutions plus adaptées aux joueurs compulsifs. Et l’aide thérapeutique à domicile en est une.  Comment se déroule le suivi ? Par ordinateur et téléphone. Le médecin neuropsychologue propose ainsi des exercices et des entretiens à distance, afin de faciliter le décrochage sans se déplacer.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription