C’est toute l’année la saison des amendes pour les opérateurs de casinos !

Pas de répit pour les opérateurs de casino, qui sont nombreux à devoir payer aux régulateurs européens des amendes pour infraction à la législation.

Il n’y a pas de saison pour les prunes… les opérateurs de casinos en ligne le savent bien ! Car chaque mois de l’année apporte son lot d’amendes plus ou moins salées, selon le dossier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces dernières semaines, les autorités de régulation européennes n’y sont pas allées de main morte en ce qui concerne les sanctions financières. Résultats : 0 / 1 pour les organismes régulateurs. 

AG Communications et Genesis Global : 2,2 millions de couronnes pour des bonus incitatifs

L’autorité suédoise a encore frappé, en sanctionnant deux opérateurs pour des offres promotionnelles incitant aux dépôts. En Suède, l’utilisation des bonus est soumise à une réglementation stricte. Qui autorise seulement un bonus d’inscription. Et après, basta, interdiction de proposer d’autres promos. Or, AG Communications (Karamba, Casino Luck…) et Genesis Global (Las Vegas Sloty) n’ont pas respecté cette restriction en vigueur. En proposant à leurs joueurs des bonus sur dépôt, afin de les inciter à dépenser toujours plus. Et ce, malgré plusieurs mises en garde du régulateur. Une sanction a donc mis fin aux manœuvres marketing des deux contrevenants : 500 000 couronnes suédoises pour AG et 1,7 millions de couronnes pour Genesis. À noter qu’AG avait déjà été sanctionné, au printemps, pour non-respect du programme d’auto-exclusion. 

Mandalorian et Betway : à deux doigts du retrait de licence

Début 2019, l’autorité de régulation suédoise (oui, encore elle) a rappelé à plusieurs reprises  aux opérateurs licenciés l’importance de respecter la législation en cours. Et notamment de se plier à la règle du 0 bonus incitatif (à l’exception du bonus d’inscription). Une mise en demeure prise à la légère par certains, comme Mandalorian et Betway. Qui ont continué à proposer d’autres bonus, malgré les rappels à l’ordre. La Spelinspektionen  a donc sévi : plus d’un demi-million de $ pour Betway et un peu moins d’un million de $ pour Mandalorian. Mais ce n’est pas tout ! Elle a aussi prévenu le duo qu’en cas de récidives, leur licence de jeux pourrait carrément être retirée. 

Platinum Gaming : 1,6 million de £ pour fraude et blanchiment d’argent

Cette filiale de Kindred (Unibet) a dû subir les ires de la britannique UK Gambling Commission. En effet, l’opérateur est impliqué dans une affaire de fraude & blanchiment d’argent. L’affaire à l’origine de cette amende n’est pas très reluisante. Un joueur s’est d’abord inscrit sur une des plateformes du groupe. Puis a perdu, en quelques séances seulement, près de 630 000£. S’en est suivie une enquête de l’administration, révélant que le joueur en question était en fait un escroc. Et qu’il utilisait ce casino en ligne pour tenter de blanchir son argent bien mal acquis. Ce qu’aurait pu et dû détecter l’équipe du e-casino. La Commission a donc obligé Platinum Gaming à rembourser les victimes spoliées, avec l’intégralité des mises perdues. Et en prime, elle a collé une amende de presque 1 million pour non-respect des règles de contrôles. 

Gamesys : plus d’1 million de £ pour le même motif

Idem pour Gamesys, qui a également laissé des fraudeurs s’inscrire sur deux de ses plateformes de jeux. Les faits remontent à quelques années : plusieurs escrocs avaient alors réussi à déposer plus de 450 000£. De l’argent acquis illégalement. La Commission a donc imposé à Gamesys le remboursement de cette somme, qui sera reversée aux personnes escroquées. De plus, l’opérateur devra s’acquitter d’une amende de presque 700 000£. De quoi être plus vigilant à l’avenir, en ce qui concerne les joueurs qui semblent avoir les dépôts un peu trop faciles… 

Avis des Joueurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié ?

/ Inscription